Biographie

Maryam Alakbarli est née le 4 juillet 1991 à Bakou, Azerbaïdjan.

Elle est née avec un chromosome en plus.

Dès l’enfance elle montre de l’intérêt pour les arts plastiques. Les parents de Maryam l’ont encouragée à s’exprimer, d’abord par la musique, puis par la peinture. Bien que non-verbal à 95%, Maryam comprend plusieurs langues.
Après des études d’art à Bakou puis à Moscou, elle suit des cours d’auditeur libre aux Arts Déco puis aux Beaux-Arts de Paris.

L’une des particularités de sa peinture c’est le travail avec les couleurs, la mise en valeur des contrastes des couleurs complémentaires. : un sens inné.

Elle fait intuitivement ce que les autres apprennent pendant plusieurs années d’études.
Elle perçoit l’environnement de manière extraordinaire et permet aux spectateurs de voir le monde à travers ses yeux.

Maryam passe de la naïveté d’un bouquet de fleurs, à la complexité d’un visage, à la douceur d’un autoportrait, exprimant, au gré de son humeur et de son inspiration, la beauté, la joie, la mélancolie.
La jeune femme chérit le soleil, la mer, l’espace, que ce soit à la plage, au jardin du Luxembourg, où elle se promène chaque jour, ou dans son œuvre.
Elle lance son pinceau sur la toile avec des gestes amples, choisit les couleurs les plus éclatantes: «Les couleurs du coeur»

Après avoir travaillé le dessin, la gouache ou l’acrylique, Maryam s’est attaqué à l’huile.
Depuis 2010, les œuvres de Maryam ont été présentées dans 33 salons dans 13 pays, dont la France, l’Allemagne, la Belgique, la Russie, la Turquie, le Japon et les États-Unis.

Sa première vente date d’octobre 2016 et depuis, Maryam a vendu 70 toiles à des collectionneurs chevronnés dont  11 tableaux à Gérard Depardieu, entre novembre 2017 et aujourd’hui.

En décembre 2017 & 2018, à Miami pendant Basel elle vend l’ensemble de ses sélections sur deux remarquables solo show  auprès d’un public de collectionneurs averti – elle y retournera en 2019 toujours plus attendue.

2019 : une année où aura lieu sa première vente aux enchères…

Ce succès ne peut pas être surprenant: Maryam n’essaie jamais de faire, de plaire ou d’être ; Elle Fait, Elle Est… et c’est précisément l’essence de l’Art.